Conférence débat le 9 Février à Cahors

Le LOT contre LES sales GAZ de SCHISTES

Après la création d’un collectif lotois, les étapes suivantes

Jeudi 27 janvier 2011, par anne kimmel, Jean-Pierre Jacob // 889. Recherche des gaz de schistes.. actualités..risques...dégâts..

le 28 JANVIER à 20h30 à la bourse du travail à Cahors

CRÉATION D’UN COLLECTIF LOTOIS CONTRE LES GAZ de SCHISTES

NON AUX GAZ de SCHISTES !

Invitation pour la réunion de formation d’un collectif citoyen sur le Lot

PDF - 79.2 ko

Le Collectif est maintenant créé

COLLECTIF LOTOIS "NON AU GAZ DE SCHISTE"


Contact J-L Vialard : jvialard@free.fr ou 06 09 71 64 03

PROCHAINE REUNION :

LE 9 FEVRIER 20H30

BOURSE DU TRAVAIL -CAHORS

Une réunion publique d’information aura lieu le 9 février avec la présence de Rose Frayssinet ( Vice Présidente des Amis de la Terre MP).

Conférence débat

Nous avons l’intention d’informer tous les élus du département, notamment en leur faisant parvenir le film Gasland, ainsi qu’un dossier complet d’information sur les catastrophes écologiques en environnementales déjà constatées sur le continent Nord-Américain, et qui conduisent de nombreux élus canadiens et étasuniens, associations et institutions à réclamer d’urgence un moratoire.

On vous tient au courant de la suite des évènements,

FAITES CIRCULER L’INFORMATION AUTOUR DE VOUS ! LE LOT NE DOIT PAS ÊTRE UNE MÉPRISE À CHAQUE PAS !

La Dépêche du 2 Février

Un article rend compte ce jour de la création et des projets du collectif et donne quelques nouvelles en provenance du département.

Le territoire du "Permis de Cahors":le Parc, le département

A partir de ce document, à Lot Nature, on a essayé de reporter le périmètre sur de vieilles cartes Michelin pour donner des éléments de repérage

En gros, très gros , cela dessine surtout la partie calcaire élargie du Lot donc les causses du Quercy , le Parc donc, en englobant aussi les causses de la région de Catus et la région calcaire plus au nord , Domme, Gourdon et même Cazals où le calcaire est recouvert par les sables et argiles de la Bouriane.

Nos "explorateurs" recherchent donc bien des gisements de gaz dans le sous sol profond des Causses..

En haut, limite Nord on part à l’Ouest de Baynac et Cazenac (Vezac exactement) vers l’Est St Jean Lagineste (au Sud Ouest de st Céré.)

Limite Ouest  : parti de Baynac on descend jusqu’à Ste Croix (à l’horizontale de Montcucq) qu’on traverse jusqu’à St Geniez( tout près) descente jusqu’au niveau de la limite Nord de Montauban, en laissant La Française à l’Ouest.

Limite Sud : suit le niveau de cette Limite Nord de Montauban ; on remonte un peu au Nord de Negrepelisse, puis direction horizontale pour couper le Nord de la forêt de Grésigne ( on garde dans le périmètre St Antonin Noble Val

Limite Est compliquée : on part du Nord en longeant la limite des roches non calcaires : St Jean Lagineste ; on évite Lacapelle Marival , puis on descend en évitant Figeac ; par contre le périmètre englobe Villeneuve, Villefranche de Rouergue, jusqu’au niveau de St Christophe et Laguépie.

2 Février : Ca continue de bouger sur la question en Bouriane.

Le cercle de Gindou communique Bravo et merci pour le lien.

3 Février : Le Lot en Action mag n°29 est paru

4 Février : « C’est le début d’un collectif sur Gourdon »

ATTENTION GAZ DE SCHISTE

REUNION DE SENSIBILISATION D’INDIGNATION ET D’ACTION

MAISON DU ROY 46300 GOURDON

VENDREDI 11 FEVRIER A 20H30

PROJECTION DIAPOS OU FILM INTERVENTIONS CITOYENNES

Avant de faire ses valises Borloo nous a fait un beau cadeau.

Le ministère de l’écologie a autorisé « les études sur » l’exploitation du gaz de schiste dans le Lot. La Bouriane est visée par ces « études ». Nous n’échapperons pas aux conséquences environnementales et humaines dramatiques de ce type d’exploitation réalisée en sol profond (2000m à 3000 m). Eau potable, Air, Terre contaminés durablement. Forages profonds, fracturations hydrauliques répétées (injection d’eau sous pression à 700 Bar), mélangée à plus de 500 produits chimiques (lubrifiants, biocides, détergents etc.. pour 1% du volume d’eau ).

Le milieu n’y résistera pas.

Et pendant ce temps :

Nous trions nos déchets, nous économisons l’eau, l’énergie, nous limitons nos rejets de CO², nous sommes attentifs aux rejets dans nos égouts etc…

En vain ?

Les Américains et les Canadiens connaissent maintenant le prix de cette folie gazière. Ils le payent très cher.

A qui profite le crime ?

Ne laissons pas faire.

Bernadette + Julien + Martine + Merzouk

Merci de faire circuler ce message au plus grand nombre même au-delà du Lot.

Des liens

Le Cercle de Gindou :

La Dépêche :

Reçu le 4 Février ce communiqué de presse de Quercy Energies, Agence Locale de l’Energie sur l’exploitation des gisements de Gaz de Schistes

*_COMMUNIQUE DE PRESSE_*

*L’association Quercy Energies a pris connaissance des recherches qui existent en région en vue de l’exploitation de gisements profonds de gaz — les « Gaz de Schistes » — et condamne fermement ces programmes.

Elle appelle les habitants du Lot ainsi que les associations de la région Midi-Pyrénées à faire de même pour s’opposer tant que cela est encore possible à ces projets nuisibles pour l’environnement.*

Depuis 1994, notre association qui agit dans le Lot et le Tarn et Garonne démontre au quotidien que la *sobriété, la maîtrise de l’énergie et les énergies renouvelables *constituent des propositions crédibles pour faire face aux enjeux énergétiques.

*Créatrices d’emplois, bien acceptées par les populations et non polluantes,* ces solutions prouvent qu’il est parfaitement possible d’apporter — localement et dans la concertation — des *réponses pertinentes à la crise énergétique et au changement climatique*.

Les projets d’exploitation des gisements potentiels de *« Gaz de Schistes » *sur nos territoires sont en totale contradiction avec ces orientations. *La technologie *"*de fracturation hydraulique*"employée par les compagnies gazières pour l’extraction de ce nouveau type de gaz s’est largement développée aux Etats-Unis et au Canada et a déjà fait des ravages irréversibles. Elle implique un forage horizontal qui consiste à injecter à haute pression dans le puits un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques, ce qui a pour conséquence de fissurer les roches souterraines, libérant ainsi le gaz qui peut ensuite être extrait vers a surface.

*Les dix années d’expérience nord-américaine sont sans appel * : les dégâts environnementaux crées menacent directement la santé des populations locales. *En cause, la pollution de l’air et des nappes phréatiques provoquée par la libération de produits hautement toxiques*. Ils contribuent ainsi, plus encore que les autres énergies fossiles, à l’aggravation du changement climatique.

Un recul en somme qui ne fait que repousser le moment où, faute d’énergies fossiles, nous serons obligés d’adopter un comportement — enfin — rationnel dans nos usages de l’énergie.

*Une interrogation demeure : **Quelles justifications apporter à ces projets d’exploitation de « gaz de schistes » dans la mesure où nous disposons dès à présent de solutions alternatives viables et non polluantes * ?

Seules des motivations mercantiles de la part des multinationales gazières peuvent expliquer cette frénésie de forage. De quoi donc s’interroger également sur la cohérence et la position de l’état français à travers son ministre de « l’environnement » qui accorde à des compagnies gazières des permis d’exploration alors qu’il s’est engagé au préalabledans une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

*Rappel historique :*

*La loi POPE du 13 juillet 2005* avait donné à la France un objectif de division par 4 des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. *Un objectif réaffirmé par la loi Grenelle II et qui semble difficile à atteindre à coup de forages !*

Plus encore, avec la mise en place des *Plans Climat-Energie Territoriaux dans les lois « Grenelle »*, l’état Français a donné un rôle essentiel aux collectivités territoriales dans la lutte contre le changement climatique et pour la réduction de notre consommation d’énergie.

Dans ces conditions, quelle légitimité accorder à ces démarches d’exploration gazière décidées sans aucune concertation avec les collectivités ? Quelles suites à donner aux politiques de réduction de consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre ?

Faire le choix du gaz de schiste c’est tourner le dos à l’ambition d’éducation et de responsabilisation des citoyens face à leurs consommations d’énergie. C’est dire aux Lotois qu’ils sont condamnés à n’être que des victimes impuissantes de la boulimie énergétique qui se poursuit à l’échelle internationale.

*Nous refusons évidemment cette perspective, comme le feront sans aucun doute les milliers de Lotois qui nous contactent chaque année pour s’informer sur les moyens de réduire concrètement leur consommation d’énergie et l’impact de leurs choix sur l’environnement.*

*Association QUERCY ENERGIES, Agence Locale de l’Energie, jeudi 3 Février 2011. **Contact presse :Sophie CAMMAS

Quelques liens supplémentaires :

Gasland Trailer 2010

Un blog :la feuille charbinoise

Le [documentaire complet d’un américain-http://fortune.fdesouche.com/29205-… ] sur l’exploitation des gaz de roches aux US et ses conséquences sur l’environnement, un peu long (1h40) mais édifiant….. :

Avant son départ du ministère, notre ancien ministre de tutelle a donné son accord pour exploiter ce qui représente près de 10000 km 2 du territoire français lire ici

Sophie CAMMAS

Chargée de communication,

Association Quercy Energies déclarée d’intérêt général

Hôtel du département - Place Chapou - 46 000 Cahors

Tél. : 05 65 35 81 26- Fax : 05 65 35 07 06

sophie.cammas@quercy-energies.fr

Nouveau site internet ! www.quercy-energies.fr

5 Février : extrait de la Dépêche de ce jour

3Legs : « Nous allons dialoguer »

Alexander Fraser, de 3Legs Management Services, a déposé la demande « Permis de Cahors ».

Quels sont les dangers de l’extraction du gaz de schiste ?

« Il y a beaucoup de malentendus autour du gaz de schiste. Nous avons désormais un très bon niveau technique pour aller extraire le produit. Les tuyaux qui permettent de percer sont parfaitement étanches, et ils traversent sans les polluer les zones aquifères, pour aller beaucoup plus en profondeur extraire le gaz. Ainsi, en Pologne, nous avons des puits qui plongent à 3 000 mètres alors que les nappes phréatiques sont à 500 mètres.

Néanmoins, on utilise des produits chimiques pour cette fracturation ?

On utilise 99,5 % d’eau mélangée à du sable. Pour le reste, effectivement, il y a des produits chimiques, mais il s’agit par exemple d’acides, tels que ceux que l’on utilise pour purifier l’eau des piscines, d’argiles, de sables, de métaux comme dans l’industrie alimentaire… Juste des produits qui sont utilisés couramment dans la vie quotidienne…

Mais les élus n’ont pas été informés ?

Nous avons parfaitement respecté les procédures habituelles. Pour l’instant et pour deux ans, nous ne faisons que des examens de surface, relevés d’échantillons, examens des anciens puits, etc. Dans deux ans, nous passerons aux examens sismiques, avec des explorations par ondes de choc sonores. Cela peut durer de 18 mois à 2 ans et demi avant tout forage exploratoire. L’exploitation, si c’est le cas, c’est pour dans 5 à 10 ans…

Comprenez-vous l’inquiétude des populations ?

Oui, et nous cherchons le dialogue, c’est absolument indispensable. C’est ce que nous avons fait en Pologne, où, nous le savons, il y a un niveau d’acceptabilité qui est différent de celui de France ou de Grande Bretagne. Mais quand les gens verront ce que nous faisons, ils constateront qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Nous allons rapidement nous lancer dans un grand travail de communication.

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Le LOT contre LES sales GAZ de SCHISTES 9 février 2011 12:09, par akha

    Une remarque : Alexander Fraser, en tant que représentant de la 3Legs Oil & Gas parle au présent.
    Or, à ma connaissance, le PER (Permis Exclusif de Recherche) dit de Cahors, est toujours en cours d’instruction.
    Et comme la zone de recherche couvre plusieurs départements, un préfet coordonnateur a été désigné. Il s’agit du préfet de l’Aveyron. (Source : "Le Lot en action n°29 du 3 février).

    Répondre à ce message

    • Le LOT contre LES sales GAZ de SCHISTES 10 février 2011 10:58, par Jean-Pierre Jacob

      Exact. Vue l’avalanche des informations, et les mélanges effectués, il est parfois difficile de trier et surtout de mettre en avant les informations qui nous intéressent, nous, association de protection de l’environnement. Je vais donc reprendre le communiqué de presse de la préfecture du 24 Janvier dernier et en extraire les lignes qui concernent particulièrement l’environnement et non mentionnées dans le Lot en action

      L’avis rendu par les services de l’Etat, qui s’appuie sur l’expertise de la direction départementale des Territoires, souligne la nécessaire prise en compte des nombreux enjeux environnementaux recélés par cette zone : présence du Parc naturel régional des causses du Quercy, vulnérabilité des eaux souterraines, existence de zones spéciales de conservation (ZSC) et de nombreuses espèces protégées.

      Répondre à ce message