Photos réponse 87-2.

Barge à queue noire Limosa Limosa.

Samedi 28 janvier 2017, par Daniel Pareuil // Oiseaux mystère de Daniel

Au bord de l’eau, équipés de long bec pour fouiller la vase, ces oiseaux mystères 87-1 sont bien des limicoles ou Charadriiformes.

Sont-ils tous de la même espèce ?

Regardons attentivement la photo de « l’oiseau mystère 87-1 ».

Au premier abord, tous se ressemblent, sauf un qui contraste avec les autres par son plumage roux.

Les autres oiseaux ont un plumage à dominance grise. Ils ont un long bec, ils sont hauts sur pattes de couleur noire.

Cela nous amène assez directement aux Barges s.p. (famille des Scolopacidés).

Deux espèces possibles :

Barge à queue noire Limosa limosa,

Barge rousse Limosa laponica.

La photo date du 10/09/2006.

Septembre est la période de migration post nuptiale. Dans un tel groupe, on peut trouver des individus en plumage inter-nuptial, nuptial tardif, juvénile.

Prenons l’oiseau de profil derrière celui qui est roux et essayons de le détailler :

- bec long, droit, rose à la base, noir en extrémité,

- grandes pattes noires,

- sourcil court et large sur l’avant de l’œil,

- manteau et couvertures alaires grises avec des liserés peu marqués suggérant un dessus de plumage uni. Cette Impression se renforce avec une plus grande distance d’observation.

- l’extrémité de la queue noire. Pas facile à voir ! Juste en dessous des bouts d’ailes noires (pointes des primaires). Elle contraste fortement avec les sous et sus-caudales blanches de la queue.

C’est tout le portrait de la Barge à queue noire adulte, en plumage inter-nuptial, à travers ses principaux critères d’identification.

Et l’oiseau roux alors ? Pas facile !

Il faut se rappeler que la photo a été prise en septembre et que les groupes d’oiseaux en migration comprennent des individus en plumage, inter-nuptial, nuptial tardif et juvénile. Il faut aussi se souvenir que les deux espèces de barges peuvent arborer un plumage plus ou moins roux.

L’oiseau roux de la photo « oiseau mystère 87-1 » a les pattes noires et sa taille est identique à celle de ses voisins qui sont des Barges à queue noire.

La Barge rousse est moins haute que la Barge à queue noire. Ce sont les tibias qui sont plus petits.

De la partie visible de la patte d’un oiseau, en partant du sol vers le corps, on trouve : les doigts, le tarse et le tibia. Le fémur très court n’est pas visible.

La photo de l’oiseau mystère 87-1 ne comprend qu’une seule espèce.

L’oiseau mystère 87-1 est une Barge à queue noire Limosa limosa.

Bravo M.L. Vieille !

.

Observatoire 5, parc ornithologique du Teich (Le Teich) (33), le 10/09/2006, Daniel Pareuil.

Le même groupe que celui de la photo « Oiseau mystère 87-1 ».

.

Observatoire 5, parc ornithologique du Teich (Le Teich) (33), le 10/09/2006, Daniel Pareuil.

L’oiseau qui se toilette est probablement l’oiseau roux de la photo « Oiseau mystère 87-1 ». C’est un juvénile de Barge à queue noire.

Notez les couvertures alaires tachetées et les rémiges tertiaires barrées.

L’extrémité de la queue et les pattes sont noires, la tête et la poitrine roux pâle.

L’oiseau, tout en se toilettant, se repose. Une paupière occulte l’œil de bas en haut, c’est un sommeil partiel.

Plage proche zône ostréicole, bassin d’Arcachon (Arès) (33), le 17/09/2005, Daniel Pareuil.

Pour comparaison, voici un juvénile de Barge rousse dans la même période, toujours en septembre.

Par rapport à la barge à queue noire :

- le bec est plus court et légèrement retroussé,

- le sourcil est large en arrière de l’œil,

- l’extrémité de la queue est barrée,

- les couvertures alaires sombres bordées d’un liseré clair donnent un aspect écaillé aux parties supérieures du plumage,

- les rémiges tertiaires ne sont pas rayées mais encochées régulièrement de blanc,

- le tibia est plus court, donnant à l’oiseau une silhouette plus ramassée,

- la tête et la poitrine de couleur chamois.

Les Barges à queue noire de la photo « Oiseau mystère 87-1 » et celle ci-dessus du juvénile de Barge rousse ont été prises à la même période, sur le bassin d’Arcachon. Le parc ornithologique du Teich se trouve au fond du bassin d’Arcachon, vers l’intérieur des terres, à l’embouchure de la Leyre. Arès est à l’autre extrémité, du bassin, près de l’océan. Dans les deux cas, les oiseaux sont sur leur reposoir durant la marée haute. La Barge rousse reste davantage au contact de la mer lors de sa migration.

Pour différencier les Barges à queue noire et rousse, quand la distance est un obstacle, il faut se rappeler que la Barge rousse a les parties supérieures du plumage plus écaillées.

Si les oiseaux sont en vol, on se rappellera que la Barge à queue noire, dont l’extrémité de la queue est alors bien visible, possède deux nettes barres alaires blanches.

.

Réserve naturelle de la Capelière (Arles) (Camargue) (13), le 05/03/2004, Daniel Pareuil.

Nous voilà de nouveau en migration, mais cette fois, il s’agit de la migration prénuptiale. Les adultes commencent à se colorer.

Les parties supérieures du plumage de cet adulte de Barge à queue noire sont plutôt unies, avec quelques taches noires. Le cou et la poitrine virent sur le roux. Il n’y a pas de liserés, ou fines rayures, sur les tertiaires. Le bas de la poitrine et le ventre sont rayés de noir.

Cet adulte appartient à la sous-espèce Limosa limosa limosa.

La sous-espèce Limosa limosa islandica aurait un bec et des pattes plus courts, et la tête et la poitrine seraient d’un roux plus intense.

Le statut de la Barge à queue noire en France est le suivant : nicheuse rare, migratrice commune, hivernante peu commune. Espèce chassable malheureusement.

Les sites de nidification sont principalement : le Marais Breton et la Vendée.

.

Réserve naturelle de la Capelière (Arles) (Camargue) (13), le 04/03/2004, Daniel Pareuil.

La Barge à queue noire se nourrit de vers de terre et marin, d’insectes, de coquillages et d’escargot, de graines.

Son long bec lui permet de rechercher des proies en profondeur. La mandibule inférieure est très souple et est pourvue en extrémité d’une terminaison tactile.

.

Levée de Loire, de « Les Roberts » à « Les Grandes Levées » (La Chapelle-aux-Naux, Villandry) (37), le 29/09/2009, Daniel Pareuil.

Le renflement en extrèmité du bec de ce juvénile est la terminaison tactile.

La Barge à queue noire niche au sol sur un endroit sec, parmi les hautes herbes, dans les prairies humides. Au cours de la période de nidification, elle développe une grande agressivité vis-à-vis des éventuels prédateurs : Corneilles, Rapaces… La ponte moyenne est d’environ 3 à 4 œufs.

Les vols de parade nuptiale ou de défense du nid sont spectaculaires et comprennent des piqués vertigineux.

Après une période d’expansion, le déclin a commencé dès les années 70.

Actuellement, sur la liste rouge des oiseaux du comité français de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), l’espèce est classée « vulnérable ».

Au niveau international, elle est « quasi menacée : (espèce proche du seuil des espèces menacées ou qui pourrait être menacée si des mesures de conservation spécifiques n’étaient pas prises) ».

Curieusement, en France, elle est toujours chassable !

.

Réserve naturelle de la Capelière (Arles) (Camargue) (13), le 05/03/2004, Daniel Pareuil.

Une dernière photo… pour se rappeler que le bec de la Barge à queue noire est relativement long et ce n’est pas qu’une impression !!

A bientôt et toujours avec plaisir.

Répondre à cet article

1 Message

  • Photos réponse 87-2. 31 janvier 15:36, par M-L Vieille

    Merci Mr Pareuil pour ces explications si détaillées.
    Et je dis "vive le guide ornitho !" qui m’est d’une aide certaine …
    cordialement
    M-L Vieille

    Répondre à ce message