Vous êtes ici: Accueil * Biodiversité 2010 : recensement, connaissance * Biodiversité : généralités > Faune et flore sauvage, milieux naturels : notion de "tissu vivant de la (...)
Ecologie scientifique : Biodiversité .
Faune et flore sauvage, milieux naturels : notion de "tissu vivant de la planète"
Gérer le "tissu vivant du Lot".
jeudi 20 août 2009, par Jean Pierre Jacob
Robert Barbault est Directeur du département d’Ecologie et de gestion de la Biodiversité au Museum d’Histoire Naturelle. Il est interviewé à la page 90 par Weronica Zarachowicz dans le Télérama hors série récemment paru et consacré à Charles Darwin
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

"On définit souvent la biodiversité comme un catalogue d’espèces et on l’appréhende sous un angle numérique….Alors donner le nombre d’espèces qui se sont éteintes ne veut pas forcément dire grand chose…."

"En réalité, il faudrait plutôt parler de "tissu vivant de la planète". Cela permet d’insister à la fois sur les variétés et les nombres d’espèces, mais surtout sur les relations qui les lient et leur capacité à coévoluer. Tout ce systéme très complexe d’interactions entre végétal et animal constitue le moteur de la théorie de Darwin. Si la vie dure depuis quatre milliards d’années, c’est qu’elle est inscrite dans ce systéme de diversité et d’inter-relations qui lui permet de s’adapter."

"Enlever une maille de ce tissu, c’est démailler l’ensemble."

S’attaquer à une maille, donc à l’ensemble c’est courant de nos jours : exemple lotois

En 2008, Lot Nature avait proposé d’enlever le geai de la liste départementale des nuisibles, comme cela est effectif dans une majorité de départements, s’opposant ainsi à sa possibilité d’être détruit toute l’année, hors saison de chasse, et arguant de son rôle bénéfique dans la reconstitution naturelle de la chênaie. De l’aveu même des chasseurs, l’espèce n’est pratiquement plus chassée dans le département. Elle fait l’objet d’un piégeage aléatoire : on ne peut tirer aucune conclusion du bilan des destructions.

La Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage s’ est opposée à cette radiation

+ vote de principe, avec un argument principal le geai détruit les nichées de passereaux ;

+ vote de routine : depuis deux ans la liste des nuisibles n’avait fait l’objet d’aucune révision.

Remarque : les connaissances sur la population départementale de geai sont réduites. On "gère" actuellement cette population pratiquement "en aveugle", au" pif", au "feeling".

Etonnant, à notre époque moderne….

En 2009 même résultat, malgré l’avis technique du Service départemental de l’ONCFS indiquant qu’il n’avait pu relever d’indication de dégâts de la part de l’espèce Geai.

No comment…

Finalement l’affaire s’est conclue par un épisode judiciaire : le Tribunal administratif de Toulouse saisie par l’ASPAS renseignée par Lot Nature, a annulé une partie de l’arrêté préfectoral.

P.-S.

Un dossier très complet sur la Biodiversité établi par le CNRS

Sur le site Vie de l’Université Paris 6 (Jussieu), ce qui est actuellement enseigné au niveau de l’enseignement Secondaire dans un dossier détaillé : la Biodiversité

Plus de détails dans un long entretien avec Robert Barbault sous le titre "le point de vue de l’Ecologue sur la Biodiversité"

avec Jean Marc Drouin , sous le titre "Le point de vue du philosophe et historien des sciences sur la biodiversité"

Rubriques
+ artícles de...