Vous êtes ici: Accueil * Comptes-rendus des sorties de Lot Nature > Ballade naturaliste du 15 Avril 2007 au Nord de Montcuq.
Ballade naturaliste du 15 Avril 2007 au Nord de Montcuq.
Premier Rendez-vous naturaliste du 3° Dimanche.
lundi 16 avril 2007, par Jean Pierre Jacob
Un compte rendu à imprimer et à archiver.
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

Première balade naturaliste du 3° Dimanche du mois organisée par le groupe Botanique de Lot Nature.

Elle a lieu le 15 Avril 2007, à la limite du Quercy Blanc et du Pays des Serres au Nord de Montcuq : 15 participants.

Le théme de la journée , c’est la découverte et l’approche de la Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique (ZNIEFF) située sur les communes de
 46014 BAGAT-EN-QUERCY

 46060 CARNAC-ROUFFIAC

 46285 SAINT-PANTALEON

 46301 SAUZET

 46335 VILLESEQUE,

en 3 lieux :

les crêtes aux environs de la Combe du Rat :

le matin, 1) Route de Sauzet à Bagat 285m d’altitude

l’après midi, 2) )Route de Sauzet à St Pantaléon 295m d’altitude

3) Butte du Calvaire au N-O de Villeséque 300m d’altitude

La Géologie :

rappel des notions élémentaires sur une carte géologique :

limite Secondaire Tertiaire au Nord de Sauzet : visible dans le paysage au 3° arrêt.

terrains Tertiaires : surtout des calcaires lacustres crayeux, blancs (Quercy blanc) ; des marnes blanches formant des “bad-lands” occupant le sommet des buttes et des coteaux ; ceux ci orientés Nord Est -Sud Ouest sont étirés en lanières étroites et ramifiées appelés “serres”, alternant avec des vallées cultivées établies sur des marnes ; sur la carte géologique, cette alternance est figurée par des dessins en forme de feuilles de fougères caractéristiques.

IMG_0099.jpg

Extrait d’une carte hydrogéologique du Lot (ed.Quercy-recherche)

Les Formations végétales des buttes et des coteaux :

Elles sont très originales et uniques dans le département du Lot landes garrigues et pelouses séches à fort caractère méditerranéen, riches en Orchidées et renfermant deux genêts ( Genista cinerea et Genista hispanica) absents ailleurs dans le département.

IMAG0066.jpg

Landes garrigues et pelouses séches.

IMAG0064.jpg

Paysage de "bad-lands" avec des ravinements et des blessures du tapis végétal.

La date choisie où les arbres et arbustes ont encore pour la plupart une allure encore hivernale, permet d’observer avec précision la structure en détail du paysage agricole ( ex : colza fleuri) et l’état phénologique des arbres, arbustes et arbrisseaux des formations sauvages (Erables de Montpellier fleuris, Alisiers à gros bourgeons blancs et Chênes pubescents qui démarrent, Pruniers de Ste Lucie fleuris, Cornouillers sanguins :reconnaissance des feuilles, Rhamnus alaternus , arbrisseaux très fleuris)

IMAG0063.jpg

Sur les crêtes, bois, landes et cultures se partagent l’espace.

Abondance des Genévriers (Juniperus communis) en forme prostrée surtout : distinction mâles et femelles.

Les plantes vivaces remarquables non fleuries :

Genista cinerea (partout), plante à répartition ouest méditerranéenne ;

Genista hispanica (au 3° arrêt), même répartition.

Ces deux genêts sont visibles aussi dans les basses montagnes séches méditerranéennes, comme celles de la Drôme par exemple.

On peut dire que ces formations du Lot ont un caractére méditerranéo-montagnard atténué.

Artemisia alba, l’Armoise camphrée ;

Staehelina dubia, la Stéhéline douteuse ;

Dorycnium pentaphyllum, la Dorycnie à 5 folioles ;

Lavandula angustifolia, la Lavande officinale ;

Helichrysum stoechas, l’Immortelle stoechas jaune ;

Cephalantera leucantha, la Céphalanthère blanche.

Floraisons :

les premières Orchidées :

Ophrys litigiosa, en fin de floraison ;

Ophrys occidentalis semble courant ;

Ophrys aranifera peu observé ;

Ophrys lutea commun au voisinage des lieux perturbés et des sentiers , plus disséminé autrement ;

Orchis purpurea démarre ;

Orchis morio peu abondant ;

un exemplaire fleuri d’Ophrys insectifera.

Narcissus requienii , le petit Narcisse à feuilles de jonc, odorant ;

Asphodelus albus , l’Asphodéle en début de floraison ;

Muscari neglectum, le Muscari en grappe, très odorant ;

IMAG0073.jpg

Genista pilosa , le Genêt poilu ,un genêt prostré , très fleuri ;

Globularia vulgaris L. subsp.linnaei, la Globulaire piquante ( véritables arbustes nains formant des touffes arrondies et globuleuses surélevées ) ;

Potentilla neumanniana, la Potentille printanière, à fleurs jaunes,en “plaques” isolées ;

Helleborus foetidus, l’Hellébore fétide, ou Pied de Griffon, fructifiée ;

Euphorbia amygdaloides, l’Euphorbe des bois ;

Euphorbia brittengeri, l’ Euphorbe verruqueuse, du bord des chemins.

Carex hallerana, le Carex de Haller, le Carex classique des pelouses séches de notre région (distinction parties mâles et femelles.) ;

Carex flacca, le Carex glauque qui montre la persistance dans le sol d’une certaine humidité due aux marnes.

Sesleria coerulea, une graminée.

Poa vivipara, une graminée remarquable par sa multiplication asexuée (dans ce qui apparait comme une inflorescence les épillets sont remplacés par des petits bourgeons fonctionnant comme des propagules nous apprend J.Mathez sur le forum Tela botanicae)

Les Stipes ou "Cheveux d’ange", Stipa pennata sont difficilement identifiables à ce stade.

Epargnés par les herbicides, en bordure d’un champ de céréales :

Scandix pecten veneris, le Scandix peigne-de-Vénus, une Ombellifère à fruits allongés ;

Alyssum, espèce d’ Alysson , une Crucifère (=Brassicacée) probablement Alyssum alyssoîdes

Crepis sancta , le Crépis de Nîmes, en petites populations le long des chemins.

Au bord d’une décharge sauvage, Alliaria officinalis , l’Alliaire officinale.

Observations diverses :

Helix pomatia, l’Escargot de Bourgogne.

divers Gastéropodes caractéristiques : à préciser

une Empuse, voisine de la Mante religieuse

une larve de Timarche "Crache sang ", un Coléoptère se nourrissant de Galium, Gaillets ;

Araignée rouge errante à préciser ;

Papillons : Flambés , abondants à l’arrêt 3.

un essaim d’abeilles (explications détaillées de René Noygues) ;

pelote de réjection ;

taupinières miniatures avec terrier d’Insectes fouisseurs (Fourmis ?) ;

abondance des restes de Noix transportés (par qui ?).

Attaque du Genévrier : par un Champignon formant des cornicules orange vif (Gymnosporium)

Remarques :

1) il aurait été intéressant d’avoir un ornithologue averti avec nous pour nous apprendre à identifier les chants d’Oiseaux entendus, et identifier les rapaces présents sur les lieux.

2) transmission des savoirs naturalistes:les jeunes participants ont appris à siffler à l’aide d’une coquille vide de petit escargot.

Pour les participants : n’hésitez pas à signaler les oublis par message.

Rubriques
+ artícles de...