Vous êtes ici: Accueil * Oiseaux du Lot > Le Goéland de Kumlien, Larus kumlieni.
Mouette blanche et Goéland canadien
Le Goéland de Kumlien, Larus kumlieni.
Arcachon … suite
lundi 9 mars 2009, par Philippe TYSSANDIER
Peu après, la Mouette Blanche Pagophila eburnea, un goéland de l’arctique canadien, a été découvert sur le bassin d’Arcachon. Il s’agit du Goéland de Kumlien Larus kumlieni. Ce goéland était considéré comme une sous-espèce du Goéland à ailes blanches Larus Glaucoides, actuellement il est classé en tant que espèce.
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

Le Goéland de Kumlien Larus kumlieni

Nous pouvons trouver quelques repères dans « le Guide ornitho » page 180 : rubrique : « Goéland à ailes blanches », page 181 : illustration en bas à droite de la planche « Goéland à ailes blanches ».

Jusqu’à présent, il y avait peu de mention d’observation de cet oiseau en France, voire au niveau européen.

J’ai eu la chance, ainsi que de nombreux passionnés d’oiseaux de l’observer et de pouvoir le photographier, aussi je vais essayer de vous faire partager mon observation.

Sa taille le rapproche d’un Goéland argenté Larus argentatus ou leucophée Larus cachinnans, mais son allure générale est proche du Goéland à ailes blanches Larus Glaucoides.

Voici quelques éléments : un bec au gonys (renflement de la mandibule inférieure du bec) peu marqué, un œil assez sombre adoucissant le regard (les Goéland argenté ou Leucophée ont un regard dur, sévère), l’extrémité des rémiges primaires (plumes extérieures de l’aile) grise tachée de grosses ancres blanches, et le manteau (dessus du dos) et l’aile repliée, gris pâle. Le gris pâle du manteau et de l’aile repliée, suivant la lumière celui-ci peu paraître blanc, indique que notre oiseau est un adulte et qu’il n’a pas le plumage internuptial de l’illustration faite dans « le guide ornitho » (stries brun pâle du cou et de la tête). Par ailleurs les pattes sont couleur chair et le bec est jaune.

Depuis son arrivée, il affectionne un pré humide, sur la commune de Le Teich

Il l’arpente vaillamment à la recherche de nourriture comme le Goéland cendré Larus canus, la Mouette rieuse Larus ridibundus, le Héron Gardebœufs Bubulcus ibis, la Bergeronnette grise Motacilla alba, la Corneille noire Corvus corone corone.

Dans cette prairie, il y a des chevaux, et la présence humaine ne l’effarouche pas excessivement. Il se déplace, dans une posture très droite, rappelant un majordome. Il ne tolère pas une mouette rieuse à deux ou trois mètres de lui, qu’il chasse énergiquement.

Pour l’observer, avant qu’il ne reparte,

Pour l’observer, avant qu’il ne reparte, il faut rechercher le hameau de Milon, sur la commune de Le Teich. (Après avoir passé devant l’église de Le Teich, prendre la direction de Gujan-Mestras, se garer à droite, juste devant le passage à niveau, traverser la route, en faisant attention, car il y a de la circulation automobile. Rechercher dans le pré bordé de haies, là où il y a des chevaux. Il est possible de longer le pré, en bord de route, en revenant en arrière et en étant très vigilant au risque du à la circulation des véhicules. Il peut être observé, à partir du hameau de Milon, où il y a un seul point d’observation sur le pré, faire attention de ne pas gêner en garant son véhicule et de rester très courtois avec les habitants.)

Site donnant des nouvelles régulières de notre oiseau : Faune Aquitaine

Rubriques
+ artícles de...
Ornithologue