Vous êtes ici: Accueil * Oiseaux du Lot > Autour de la mangeoire
Autour de la mangeoire
Brève de mangeoire (suite)
mardi 17 février 2009, par Daniel Pareuil
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

Ce matin, il est passé, il a effectué une attaque fulgurante sur la mangeoire. Quelques cris et tout le monde a disparu, très vite. Dans ce cas, mieux vaut garer ses plumes. Lui, il est posé dans la fourche d’un arbre proche. Il semble dépité, car il n’a rien attrapé.

Pourtant, c’est un adulte, un mâle puisque sa poitrine est rouge brique, il a de l’expérience. Dans le forthysia, juste devant son perchoir, ils sont nombreux à le surveiller. Personne ne bouge.

L’Epervier d’Europe Accipiter nisus, vous l’aurez reconnu, est familier de cette tactique. Il vient de temps à autres, tenter sa chance. Je n’ai constaté, jusqu’à présent, aucune réussite sur ses attaques des « clients » de la mangeoire. Ces derniers se réfugient dans le forthysia.

Ce forthysia, je ne le taille pas ou peu, en faisant attention de laisser de grandes branches retombantes. Il a sauvé la vie à beaucoup.

Les premières fois, l’Epervier d’Europe, insistait beaucoup, il restait sur place, assez longtemps, faisait le siège, en allant se percher, un peu plus loin, pour se faire oublier. Je l’ai déjà observé, posé sur la mangeoire, sans scrupules. Maintenant, l’attaque terminée, il reste moins longtemps.

Il y a quelques images qui me sont restées gravées en mémoire et que je vais essayer de vous narrer :

Cette Mésange charbonnière Parus major, cachée derrière un pilier de ma terrasse, immobile, figée durant cinq à dix minutes et fixant un point précis, l’épervier.

Ce jeune Pic vert Picus viridis, volant bas et criant sa détresse, touchant le sol, dépassé de 20 cm par l’épervier, emporté par son élan. En se redressant ce dernier me découvre et s’envole.

Cette poursuite interminable, 20 minutes, d’un Rougegorge familier Erithacus rubecula autour d’une haie. Celui-ci circulait, à l’intérieur de la haie, allant d’un bord à l’autre, l’Epervier d’Europe, avec une parfaite maîtrise de vol, le suivait inlassablement. Il a finalement abandonné.

Ce Merle noir Turdus merula, rattrapé en vol, au-dessus de la route, alors que j’arrivais en voiture.

Certes, lors de nos promenades, nous trouvons quelques plumées, vous savez ces plumes souvent disposées en cercle dont l’extrémité est pincée et non coupée, mais dans l’ensemble, pour l’Epervier d’Europe, ce n’est pas aussi facile, il doit, lui aussi, survivre comme les autres.

Néanmoins, à proximité, de nos mangeoires et abreuvoirs à oiseaux, il est sage, de garder quelques buissons refuges.

Peut-être avez-vous quelques petites anecdotes, à nous faire partager, voir des questions, concernant L’Epervier d’Europe ? nous vous remercions de les mettre en commentaires.

Daniel Pareuil.

 [1]

Notes

[1] Note : Attention, ne pas confondre avec l’Autour de la Mangeoire !

Rubriques
+ artícles de...