Documents pour réfléchir sur la définition de nuisibles et les diverses pratiques pour les gérer.
CDCFS Lot : Préparation de la séance " Nuisibles " du 28 Juin 2010.
lundi 21 juin 2010, par Jean Pierre Jacob
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

L’arrêté préfectoral "Nuisibles " du 1er juin 2010 du département de la Dordogne à télécharger :

PDF - 467.6 ko
un grand merci à l’informateur

Les documents suivants ont été communiqués aux participants par Lot Nature, lui même participant, pour stimuler la réflexion sur la notion de nuisibles

a) un texte sur la régulation de l’Ibis sacré paru sur le site de Bretagne Vivante à l’adresse suivante

On peut y télécharger ce texte

b) une video sur une battue administrative à St Etienne des corbeaux freux associée à un article du Progrès Cette battue administrative a été demandée par la mairie : en particulier les freux font du bruit qui gêne les riverains.

Remarque : le freux est très peu présent dans le département du Lot

P.-S.

Remarque : l’auteur de cet article, "le pauvre botaniste chez les chasseurs" a passé son après midi du 16 Juin à fournir des matériaux lotois originaux pour un article consacré "aux plantes invasives " dans un magazine bien lotois par son titre. JPJ
4 Messages de forum
  • > > CDCFS Lot : Préparation de la séance " Nuisibles " du 28 Juin 2010. / 17 juin 2010 18:20 / par Daniel Pareuil

    J’apprécie ce qu’a écrit Bretagne vivante, c’est réaliste et argumenté. On y retrouve la notion de l’homme gestionnaire à tout va, pointé du doigt.

    C’est l’homme qui est à l’origine de la plupart des déséquilibres. Il veut tout et n’accepte pas, conscient ou inconscient, de partager avec le vivant. Cela est amplifié par la pression économique, principalement. Plutôt que de corriger sa manière de faire, il élimine ceux qu’il a favorisé.

    Bien des personnes semblent comprendre cela, mais trouve un bouc émissaire facile avec ceux qualifiés de "nuisibles". Il n’est pas facile de se remettre en cause et bien des personnes sont ligotées par cette pression économique.

    L’affaire des corbeaux freux, comme bien d’autres l’illustre fort bien. Quelle place l’homme accepte-t-il de laisser au vivant ?

    Je pense à une petite confidence qui m’avait été faite, lorsque je travaillais en entreprise.

    Il y a celui qui veut garder sa fenêtre ouverte au printemps, pour dormir et qui ne supporte pas le chant et les cris des oiseaux qui le réveillent le matin. Il est bien exigeant d’une part (fenêtre ouverte) et il oublie de dire que dans son travail, il veut y arriver et il ne se ménage pas (la pression économique), ses difficultés de sommeil seraient, à mon avis à rechercher davantage de ce côté.

    Répondre à ce message

    • > > > > > CDCFS Lot : Préparation de la séance " Nuisibles " du 28 Juin 2010. / 17 juin 2010 20:24 / par Jean Pierre Jacob

      Il y a deux mois j’avais déjà été prévenu à Lot nature que la nouvelle s’était répandue de la nécessité de justifier des dégâts pour que le processus de classement en nuisibles puisse se dérouler pour chaque espèce.

      Avec ta permission, Daniel, je reproduis le témoignage que tu m’a fait parvenir aujourdhui et qui montre, ce qui est encourageant, à l’évidence, que chasseurs et naturalistes avec des opinions contraires, peuvent encore dialoguer posément sur le terrain dans le Lot .

      "Ces derniers temps, je suis allé inventorier au Nord-Ouest du département et comme avec des jumelles et une longue-vue, on ne passe pas inaperçu, j’ai eu de nombreux contacts avec les habitants dans les hameaux.

      Accueil sympathique et discussions prolongées. La plupart étaient des chasseurs, l’avaient été ou vivaient dans leur entourage.

      L’un m’a indiqué des oiseaux intéressants avec la passion d’un naturaliste. C’est le seul qui ne m’ait pas parlé des nuisibles.

      Pour les autres le sujet est revenu constamment. J’ai eu l’impression que c’était la passion du moment. Les plus gênés semblaient être des personnes d’un certain âge, non chasseurs à ce qu’ils disaient. "les corbeaux"(corneilles noires), les pies, me mangent les noix, les cerises… c’est dommage que l’on ne puisse plus les tuer me confiait-ils et ils ajoutaient souvent, les petits oiseaux on les aime bien."…..

      Langage habituel, me diras-tu, mais j’ai ressenti que quelque chose se préparait car la préoccupation était grande.

      Au vu des affichages, la chasse dans ce secteur semble bien structurée et doit avoir de nombreux adhérents."

      Répondre à ce message

  • > > CDCFS Lot : Préparation de la séance " Nuisibles " du 28 Juin 2010. / 17 juin 2010 15:52 / par Tineke Aarts
    Vous avez passé tout l’après-midi sur des plantes invasives… En regardant la liste de nuisibles de la Dordogne, et les deux articles ajoutés (une chasse aux oiseaux en ville !), je crains qu’il y a encore du travail à faire… C’est aussi une question de mentalité. Dans le Jardin Bourian nous avons décidé de ne plus utiliser le notion ’nuisible’ pour les insectes. Bien évidemment nous pouvons avoir des insectes ’non désirés’ sur quelques cultures dans le potager, mais cela ne veut pas dire qu’un insecte, comme par exemple la piéride de chou, est ’nuisible’. La chenille peut vivre également sur Corbeille d’argent et là l’espèce fait mal à personne. En plus, c’est à nous de jardinier d’une manière qui donne un équilibre avec des prédateurs naturels (comme les oiseaux qui adorent ces nids des chenilles pour nourrir leurs petits !).

    Répondre à ce message

    • > > > > > > CDCFS Lot : Préparation de la séance " Nuisibles " du 28 Juin 2010. / 17 juin 2010 17:00 / par Jean Pierre Jacob

      Merci pour ces réflexions, Tineke Les problémes de gestion des êtres vivants vont se poser de plus en plus , avec la perte de biodiversité.

      De plus face aux actions humaines, les animaux, et les plantes, s’adaptent bien et modifient leur comportement, leur implantation et leur nombre.

      Il est amusant de voir que l’on va s’occuper demain d’animaux qui causent parfois des dégats aux activités humaines, mais dans un certain contexte dont on ne s’occupe pas jamais Ainsi, les chevreuils, dont la population s’est bien développée sans être correctement gérée (merci les chasseurs, disent les forestiers) détruisent parfois des plantations d’arbres truffiers du Lot , ce qui est génant pour les trufficulteurs ; ils générent alors au niveau argent des dégâts plus importants que ne causent les x renards du coin où j’habite à la société de chasse locale, qui va lâcher cinquante faisans paisibles, dont certains près de chez moi se baladant sur la route m’obligent à freiner brutalement. Autant foutre la paix aux renards, se promener paisiblement dans la nature sans être encombré d’une arme chère et lourde et consommer le faisan (c’est bon…)sans gâcher des munitions parfaitement inutiles.

      Bref cela me semble être des problémes désuets qui ne sont plus d’actualité. La ruralité, c’est bien devenu souvent le semis de maïs ou de tournesol dans un sol stérilisé chimiquement accompagné d’ une série de traitements pesticides échelonnés pour empécher les adventices de pousser. Alors quelques corbeaux en plus dans tout cela…..C’est peut être pour cela qu’ils vont en ville maintenant. Comme les sangliers, comme les renards, comme les martres qui ont quitté la forêt dans le Lot….

      Dans la petite mare d’une réserve de chasse soigneusement entretenue en plein milieu d’un causse, j’ai récolté il y a trois ans Lagarosiphon major en pleine prospérité. C’est une plante de bassin vendue comme telle , invasive, en provenance d’Afrique du Sud et qui n’ a rien à faire dans une réserve de chasse…..

      Répondre à ce message

Rubriques
+ artícles de...