Vous êtes ici: Accueil * Protection et gestion de la faune sauvage lotoise. Chasses. > Gibier : les oiseaux qui peuvent être chassés dans le Lot
Gibier : les oiseaux qui peuvent être chassés dans le Lot
jeudi 28 janvier 2010, par Daniel Pareuil, Jean Pierre Jacob, Lot nature
JPJ : A l’intention des Lotois, ces remarques de Daniel Pareuil à qui j’ai demandé de réagir à la liste des oiseaux gibier diffusée sur le site de l’ONCFS en donnant surtout la priorité aux oiseaux visibles dans le Lot.
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

La liste du gibier français Mammifères et Oiseaux

Sur le site de l’ONCFS, on peut découvrir cette liste ici

Les réponses de Daniel Pareuil

J’ai recherché, dans les différentes catégories présentées, les oiseaux dont la rencontre est peu probable dans le département du Lot.

Ma source d’information est

"Inventaire des oiseaux de France" (France métropolitaine) de P.J.Dubois, P.Le Maréchal, G. Olioso, P.Yésou, édition de 2000. Delachaux ed.

Je n’ai pas encore acquis l’édition récente, .

Gibier sédentaire liste de l’ONCFS

Oiseaux

Colin, faisan de chasse, gélinotte des bois, lagopède alpin, perdrix bartavelle , perdrix rouge, perdrix grise, tétras lyre (coq maillé) et tétras urogalle (coq maillé), corbeau freux, corneille noire, étourneau sansonnet, geai des chênes, pie bavarde.

Gibier sédentaire dans le Lot

On examine d’abord des oiseaux de la liste nationale dont la rencontre est peu probable dans le département du Lot.

Gélinotte des bois  : Effectifs mal connus. Nidification et hivernage, dans l’Est de la France, en montagne (Vosges, Jura, Alpes), dans le Forez et monts de la Madelaine, d’un petit noyau dans les Pyrénées (Haute-Garonne, Ariège). L’espèce a niché dans le Cantal en 1912.

Lagopède alpin  : Deux sous-espèces, hivernent et nidifient en montagne, l’une dans les Alpes l’autre dans les Pyrénées.

Tétras lyre ,Tetrao tetrix : Nidifie et hiverne en montagne dans les Alpes. Mais attention des oiseaux, ont été vus dans le Pas-de-Calais (1995) et des tentatives de repeuplement avortées ont eu lieu dans le massif du Sancy, Puy-de-Dôme (1977 et 1978). C’est le fait de lâchers.

Tétras urogalle Grand Tétras Tetrao urogallus : Deux sous-espèces, l’une nidifie et hiverne en montagne, dans les Vosges et Jura, l’autre, dans les Pyrénées. La sous-espèce des Pyrénées est unique au monde !! Scientifiquement, elle a une importance considérable dans la connaissance de l’évolution de l’espèce. L’espèce n’est chassable que dans les Pyrénées ! Une population hybride des deux sous-espèces existe dans les Cévennes, il s’agit d’un programme scientifique de sauvetage. Un noyau existerait en Lorraine, suite à un lâcher dans les années 60.

Colin, Colins de Californie et de Virginie Callipepla californica et Colinus virginianus :

Colin de Californie  : on ignore, la sous-espèce introduite en Corse (1961 et 1968). Nidifie et hiverne localement. Son expansion est favorisée par les incendies de maquis.

Colin de Virginie  : on ignore, la sous-espèce introduite, à grande échelle, en diverses région de l’Ouest et du Centre de la France. L’espèce est totalement sédentaire. Il existerait des populations en Sologne et au Sud des Landes, principalement.

Des populations se sont maintenues en Dordogne et Lot-et-Garonne.

Depuis 1975, des lâchers d’initiatives privées ont pu avoir lieu.

Perdrix bartavelle  : nidifie et hiverne, en montagne, dans les Alpes. Rare. L’hybridation avec la Perdrix rouge (lâchers en moyenne montagne) est préjudiciable à l’espèce.

On peut donc rencontrer dans le département le Gibier sédentaire ( Oiseaux) suivant :

faisan de chasse

perdrix rouge

perdrix grise

corbeau freux Corvus frugilegus : nidification peu probable dans le département du Lot. Des individus, peuvent être observés en limite de départements limitrophes sud, en hiver. En hiver, les concentrations de l’espèce, observées dans les plaines du Centre, Nord et Est de la France proviennent probablement de l’Europe centrale et du Nord.

Même phénomène, pour l’ étourneau sansonnet (majoritairement migrateur). Si des populations sont sédentaires, c’est également un hivernant et migrateur partiel !

Remarque Lot Nature CDCFS : il figurait encore sur la liste 2008-2009 des nuisibles traditionnels du Lot, sans liste ou carte des populations sédentaires et sans production chiffrée de dégâts aux cultures comme on pourrait normalement s’y attendre.

corneille noire

geai des chênes

pie bavarde. Remarque Lot Nature CDCFS : elle figure encore sur la liste 2009-2010 des nuisibles du Lot et peut ainsi être chassée pendant la période de chasse et détruite toute l’année.

Gibier d’eau liste de l’ONCFS

Barge à queue noire, barge rousse, bécasseau maubèche, bécassine des marais, bécassine sourde, canard chipeau, canard colvert, canard pilet, canard siffleur, canard souchet, chevalier aboyeur, chevalier arlequin, chevalier combattant, chevalier gambette, courlis cendré, courlis corlieu, eider à duvet, foulque macroule, fuligule milouin, fuligule milouinan, fuligule morillon, garrot à l’oil d’or, harelde de Miquelon, huîtrier pie, macreuse brune, macreuse noire, nette rousse, oie cendrée, oie des moissons, oie rieuse, pluvier argenté, pluvier doré, poule d’eau, râle d’eau, sarcelle d’été, sarcelle d’hiver et vanneau huppé.

Gibier d’eau présent dans le Lot

Tous les oiseaux cités, peuvent être observés, pour certains occasionnellement, dans le département du Lot

1) Certains noms utilisés sont des synonymes :

Chevalier combattant= Combattant varié, Philomachus pugnax

Harelde de Miquelon= Harelde boréale, Clangula hyemalis.

Poule d’eau, Gallinule poule-d’eau, Gallinula chloropus.

En effet, certains sont des migrateursou hivernants réguliers.

Le peu de zones humides du département n’exclut pas une halte régulière.

2) Personnellement, j’ai déjà observé certaines de ces espèces :

Bécassines des marais (régulière) et sourde ,

Canard colvert (nicheur),

Courlis cendré (régulier),

Foulque macroule (nicheur),

Fuligule morillon,

Gallinule poule-d’eau (nicheuse),

Râle d’eau (nicheur),

Sarcelles d’été et d’hiver (régulières),

Vanneau huppé (régulier).

3) Dans le passé, les espèces suivantes ont peut-être niché, dans les prairies humides du département.

Barge à queue noire

Courlis cendré,

Vanneau huppé,

4) D’autres ornithologues ont observé dans le département

Chevalier aboyeur,

Courlis corlieu,

Pluvier doré.

En octobre, une Harelde boréale , hivernant rare, stationnait en Corrèze.

A noter que l’an dernier, une Harelde boréale a été tuée en Normandie.

Donc tout est possible.

La casse est limitée, par les dates de chasse, pour certaines espèces migratrices. C’est pour cela que ces dates ont tant d’importance.

Oiseaux de passage : liste ONCFS

Alouette des champs, bécasse des bois, caille des blés, grive draine, grive litorne, grive mauvis, grive musicienne, merle noir, pigeon biset, pigeon colombin, pigeon ramier, tourterelle des bois, tourterelle turque et vanneau huppé.

Oiseaux de passage:remarques lotoises

Pour la catégorie "Oiseaux de passage", ils sont tous présents dans le département, soit nicheurs, soit hivernants.

Dans "Oiseaux de passage", il y a des espèces dont une partie des populations est sédentarisée.

Là aussi, la casse est limitée, par les dates de chasse, pour Caille des blés et Tourterelle des bois.

Remarque : Le Pigeon bizet sauvage, ne subsiste qu’en Corse. Quelques populations éparses dans les falaises de montagne et de bord de mer, sont issues d’hybridation avec le Pigeon domestique, par ailleurs c’est du Pigeon de ville .

Deux petites remarques supplémentaires : 1- La chasse excessive du pigeon ramier, pratiquée sur les cols pyrénéens, pourrait être à l’origine du fait que cette espèce migre moins et niche en ville.

2- En hiver, le fait d’observer une forte concentration d’oiseaux que nous n’avons pas l’habitude de voir, ne veut pas dire :"il y en a beaucoup". Il faut se rappeller, que les oiseaux ont fui le nord et l’est de l’Europe et que nous avons alors toute la population d’Europe du nord et de l’est sous les yeux.

Remarque concernant l’emploi par les ornithologues des catégories de gibier de l’ONCFS

Il existe une confusion de classement entre "Gibier d’eau" et "oiseaux de passage", puisque dans "Gibier d’eau", nous trouvons beaucoup d’espèces migratrices ou hivernantes.

Remarque Lot Nature CDCFS : un choix de textes à connaître, dont certains officiels sur la gestion française et européenne des oiseaux (protection, chasse etc…) dans cette rubrique du site.
Rubriques
+ artícles de...