Communiqué de presse : ASPAS Lot Nature
lundi 30 novembre 2009
Vers le forum attaché Version imprimable de cet article Version imprimable Crear un PDF Enregistrer en PDF  Envoyer par email

L’ASPAS et Lot Nature réhabilitent les “nuisibles” du Lot

Le 17 novembre 2009 , le Tribunal Administratif de Toulouse a suspendu, suite au recours déposé par l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages, l’arrêté préfectoral du 7 juillet 2009 relatif au classement des martres, belettes, putois, fouines, corneilles noires, étourneaux sansonnets et geais des chênes sur la liste des “nuisibles”dans le Lot, pour la saison 2009-2010.

L’ASPAS et Lot Nature ont mené conjointement un combat pour la réhabilitation des “nuisibles” sur le département du Lot. Grâce à cette victoire inter-associative, ces espèces ne pourront plus être détruites. Le tribunal a reconnu le caractère illégal de l’arrêté pris par le préfet du Lot.

Le classement “nuisibles” de certaines espèces animales a de graves conséquences, sur les populations de ces espèces, mais aussi sur leur milieu. Ce classement par arrêté préfectoral autorise la destruction par le piégeage ou le tir de ces “nuisibles”, toute l’année et sans qu’aucun quota ne soit précisé. D’innombrables données scientifiques ont clairement établi l’utilité des prédateurs naturels quant à leur environnement car ils sont des éléments essentiels à l’équilibre d’un milieu, en régulant les populations de divers rongeurs.

Désormais il est formellement interdit de les piéger. Ces animaux seront traités comme toute espèce de gibier (chevreuil, lièvre,…) et chassables uniquement en période de chasse.

Cette décision juridique représente un pas important vers la réhabilitation des soi-disant "nuisibles". La lutte menée en faveur de ces animaux sauvages par l’ASPAS depuis plus de 25 ans, contribue ainsi à la reconnaissance de leur rôle prépondérant dans l’équilibre de nos écosystèmes et de leur intérêt au sein de notre patrimoine naturel. En l’état actuel de la biodiversité la notion de nuisibilité est en complète contradiction avec la nécessité de conservation des espèces, fragilisées par la pression croissante des activités humaines.

L’ASPAS continue son action pour la réhabilitation des espèces dites “nuisibles” et cela au niveau national. La multiplication des procès incitera peut-être les dirigeants de notre pays à ne plus céder aux pressions de quelques électeurs-chasseurs, constamment en décalage avec l’état réel des milieux naturels et de notre biodiversité.

Contact presse : Pierre Athanaze - Président de l’ASPAS Tél. : 06 08 18 54 55
Rubriques